Feldenkrais, qu’est ce que c’est ?

 

 


  • A la base du Feldenkrais, l’intelligence  sensori-motrice  

La Méthode Feldenkrais, du nom de celui qui l’a développée,  Moshé Feldenkrais,  est une voie de connaissance  qui redonne toute sa place à l’intelligence du Corps. Elle se pratique en séances individuelles et/ou collectives et se fonde sur les relations entre  mouvementattention, et  sensation, dans un contexte bien particulier :   l’engagement du  praticien. 

je bouge = je sens = je suis (vivant)

Quand mouvement, attention, et sensation s’articulent ensemble,  le champ des possibles apparaît. 

Mouvement, attention,  et sensation, sont trois composantes majeures de l’activité neurologique. Quand je bouge, et que, prêtant  attention à ce que le mouvement éveille en moi, je perçois des sensations, mon cerveau est en train  d’apprendre quelque chose de nouveau. Mon Corps est une antenne de réception des informations,  dont mon cerveau est  une instance organisatrice. Ce qu’il est en train d’apprendre, on n’a pas toujours besoin de savoir ce que c’est. Le bébé n’a pas besoin de savoir qu’il est en train d’apprendre à marcher. Et pourtant…

 

 

Le Feldenkrais, c’est une certaine façon de mettre en lumière ces  processus d’interpénétration de l’Esprit (notre part  immatérielle ) et du Corps (notre part concrète) qui me font sentir que  je suis vivant. 

 

  •  Le cerveau attentif à la base  de l’apprentissage 

A la fois méthodique ET intuitif, le Feldenkrais  se fonde sur  l’intelligence du mouvement, cette capacité kinesthésique de vivre le mouvement à l’intérieur de soi. Chez le bébé  c’est elle qui lui  permet   d’explorer et développer un répertoire de mouvements qui vont lui permettre d’aller vers la Marche,  suivre son désir,  interagir avec le monde, en chemin vers l’autonomie.

En séance individuelle comme en séance collective, le praticien crée un certain contexte d’apprentissage basé sur un dialogue somatique (de « soma », le corps vivant) entre lui et son élève. Le praticien est guidé par une certaine intention : en gros, donner à sentir le squelette, cet essentiel vecteur de connectivité, au travers du mouvement.  L’élève, de son côté, expérimente  de nouvelles mobilités, de nouvelles perceptions de l’espace en lui et autour de lui. il fait l’expérience d’un certaine état  particulier qu’on peut définir comme un état d’écoute somatique,  état dynamique de présence, et de disponibilité

En revisitant cette étape cruciale du développement humain,  la pratique du Feldenkrais  va  mettre en lumière ces processus de maturation et d’intégration qui se manifestent quand on ne cherche pas à forcer le passage.  En stimulant,  chez son élève,  une certaine qualité d’attention  par des mouvements doux et lents,   ce dernier va découvrir, en douceur,  de nouveaux appuis physiques (notamment la conscience du squelette), de nouveaux modes relationnels, moins d’automatismes, plus de capacité à s’observer vivre, à s’accorder avec  ses  rêves.

Explorations  sans attachement au résultat,  curiosité pour le plaisir de bouger, pleine conscience du mouvement,  vont  éveiller  de nouvelles perceptions  dans l’action.

L’image que j’ai de moi-même, évoluant, va changer mon pouvoir de décision et la façon dont je me relie.

Lorsque nous cessons de répondre aux jugements qui nous traversent ou qui nous sont adressés, parce que nous avons développé la capacité de s’observer en train de ressentir,

Lorsque nous pouvons regarder nos implications émotionnelles depuis cet état de Présence incorporée, 

Alors nous découvrons  ce que la Vie attend de nous :

Reconnaître chacune des situations qui se présentent à nous,  comme un cadeau : une occasion rêvée d’apprendre quelque chose de nouveau.

Dès lors,  magie des connections…